En apnée

De retour chez moi. Concrètement ça veut dire que j’ai quitté mon lit d’hôpital pour mon canapé. Mes journées ne sont pas plus actives, mais j’ai retrouvé les bras de Jul la nuit et ça ça change tout.

Il paraît que je suis enceinte (j’ai eu envie d’écrire « pour l’instant »). Hier mon taux de ß-hCG était de 1051. Moi ça me paraissait un peu faible vu que normalement il aurait dû être de 1600 la veille, mais les médecins du service PMA avaient l’air content alors j’ai décidé de leur faire confiance.

Mercredi j’ai rendez-vous à l’hôpital pour un suivi de mon hyperstimulation. Ce sera pile un mois après la ponction. Il paraît que ma bulle sera suffisamment grosse pour qu’on la voie à l’échographie, c’est ce que m’a dit le médecin. Elle m’a aussi dit des trucs étranges, comme quoi ce sera aussi l’occasion de discuter de mon suivi de grossesse, de savoir si je veux le faire au Grand Hôpital ou ailleurs… des informations que mon cerveau a du mal à imprimer. Un manque d’oxygénation peut-être.

Tu crois que mercredi j’arriverai à retrouver une respiration normale ?

Deuxième taux

Troisième jour d’hospitalisation. Je tenais le coup. Malgré la solitude des nuits. Malgré le bassin dans lequel je dois faire pipi avant de le transvaser dans un récipient gradué que les infirmières viennent relever toutes les 4h. Malgré les injections de lasilix à 5h du matin, diurétique efficace qui m’envoie remplir puis transvaser mon bassin 5 fois dans l’heure qui suit l’injection. Malgré l’aide soignante qui dit « je vous ai pris des chaussettes de contention plutôt que des bas, je me suis dit que vous préféreriez » (euh moi je préférerais rien du tout…). Malgré les traits au marqueur sur mon ventre pour reprendre la mesure du tour de taille au même niveau. Malgré l’infirmière qui ne trouve plus une seule veine pour me piquer : ni dans le pli du coude, ni dans l’avant-bras, ni sur le dos de la main. Je tenais le coup grâce aux sourires des infirmières. Grâce aux encouragements des aides-soignantes (« -1cm de tour de taille, c’est super ! »). Grâce aux visites de mon chéri deux fois par jour les bras chargés de livres et de chocolat.

Lire la suite de « Deuxième taux »

Hyperstimulation 

Le ventre qui gonfle. De plus en plus. La sensation désagréable que ça tire. Désagréable puis douloureuse. Marcher est difficile. Se tenir debout est difficile. Puis allongée. Cinq heure du matin, plus personne ne dort. Jul qui craque « je t’emmène aux urgences ». Prises de sang. Attendez les résultats. L’échographie qui montre beaucoup d’eau dans l’abdomen. L’infirmière : on a reçu vos bêtas, ils sont à 145. Vous ne le saviez pas ? Enceinte. Enceinte ? Le médecin des urgences : on va vous hospitaliser. L’infirmière du service gynécologie : on va vous garder quelques jours, une semaine peut-être. La gynéco de PMA : c’est un début de grossesse qui a provoqué l’hyperstimulation.  L’aide soignante, toutes les 4h : je viens vérifier vos urines. Mal au ventre. Jul : je vais rentrer, bonne nuit, sois courageuse. L’infirmière de nuit : je reviendrai à minuit et 4h du matin. Bonne nuit. Toute seule. Dormir, mais comment ? Mal au ventre. Enceinte. Pour l’instant 🤞🤞